Grippe et vaccin

Mis à jour le 23/11/2017

A l'occasion de la campagne de vaccination gratuite contre la grippe, le Docteur Christian Pougel, médecin Conseil à la MSA Sud Aquitaine répond à nos questions.

Que contient le vaccin antigrippal ?

Le vaccin contre la grippe est fabriqué à partir de virus inactivés. Il ne contient pas de virus vivant et il n'y a donc aucun risque de transmission de la grippe par le vaccin.
Ce dernier est fabriqué par ce qu'on constate dans l'hémisphère sud pendant l'hiver. Le vaccin qui arrive dans les officines en France est un vaccin qu'on a commencé à fabriquer au mois de Mars précédent. On tient compte des modifications du virus, mais celui-ci est extrêmement évolutif. Le virus de la grippe est un des virus qui change le plus au cours du temps. L'an passé, le virus a changé alors qu'on ne le prévoyait pas de cette façon, d'où une baisse constante d'efficacité. Rappelons que les formes disponibles en France de vaccin antigrippal ne contiennent pas d'adjuvant, et donc pas d'aluminium.
 

Comment agit le vaccin contre la grippe ?

L'organisme, au contact du virus rendu inoffensif, va développer des anticorps, défenses immunitaires spécifiques qui le protègent face au virus. Même si une personne vaccinée est infectée par la grippe, ce qui est possible, elle aura des symptômes et des complications moindres.
 

Le vaccin était-il efficace l'an passé ?

Il est nécessaire de nuancer. Le vaccin antigrippal était moins efficace que les années précédentes, mais pas inefficace. Point important à souligner, l'efficacité de ce vaccin n'était pas la même dans les différentes parties du monde. Les médias ont repris les chiffres américains où le vaccin n'était effectivement pas très bien adapté à la souche virale qui circulait aux USA. En France, la situation, sans être idéale, était plus favorable : alors qu'aux Etats-Unis, l'efficacité du vaccin n'était que de 20 à 30%, nous avoisinions en France 40 % d'efficacité. On ne peut donc pas parler d'inefficacité.
Si l'efficacité du vaccin décroît avec l'âge, la vaccination de la population diminue la circulation de virus et protège les plus fragiles. 
 

A-t-on bien observé plus de 18.000 décès supplémentaires dus à la grippe l'an passé ?

La grippe tue, mais il faut relativiser ce chiffre car il est très difficile de savoir à quoi attribuer la mortalité. La grippe est grave chez les patients qui ont déjà une co-morbidité, c'est-à-dire chez ceux qui sont déjà malades de quelque chose, insuffisance cardiaque, respiratoire, diabète etc…
La grippe les a-t-elle tué directement, ou ont-ils succombé à l'aggravation de leur pathologie par la grippe,  ou bien à l'aggravation de leur maladie sans intervention de la grippe ?
On a bien observé une saturation des services d'urgences à la mi-février 2015. Si on parle d'une surmortalité estimée à environ 10.000 décès durant les 9 semaines d'épidémie en France, ce chiffre est déjà comparable à celui des décès observés en Afrique avec le virus Ebola ! On estime en Europe à 80.000 le nombre de décès supplémentaires liés à la grippe.
 

Le vaccin antigrippal 2015-2016 sera-t-il plus efficace ?

Jusqu'à présent, toutes les souches virales de la grippe traquées cette année et responsables des premiers cas de grippe cette saison correspondent exactement à ce qui est dans le vaccin, ce qui devrait procurer une bonne protection cet hiver.
 
 

Le vaccin contre la grippe présente-t-il des risques ?

Il peut y avoir une douleur locale suite à l'injection ; on peut noter, 2 ou 3 jours après la vaccination, un léger pic de température durant 24h. Les complications plus sérieuses, comme le syndrome de Guillain-Barré, qui est une affection neurologique, concerne une personne vaccinée sur 1 million. La balance bénéfice/risque est donc largement favorable.
 

En conclusion, faut-il oui ou non se faire vacciner, et quels autres conseils pouvez-vous donner pour se protéger ?

Pour le vaccin, la réponse est affirmative, sans ambiguïté, surtout chez les personnes à risques : les plus de 65 ans, tous ceux ayant des insuffisances respiratoires, cardiaques, rénales, une diminution de l'immunité, les femmes enceintes et les patients très obèses.
La grippe est la plus grave chez ces patients et ils doivent être vaccinés pour être protégés.
Enfin, la grippe se transmet par les éternuements, la toux et les objets contaminés.
Il faut se laver fréquemment les mains à l'eau et au savon, ou bien avec un gel hydro-alcoolique, utiliser des mouchoirs en papier à usage unique, et se couvrir la bouche ou porter un maque si on tousse  ou éternue.   
 
Video